Accueil / Actualité / Les banques ‘’mobiles’’ n’inspirent pas confiance

Les banques ‘’mobiles’’ n’inspirent pas confiance

Selon une étude OpinionWay pour Ferratum Bank, la majorité des Français considèrent l’arrivée des néo-banques comme une opportunité de changer de banque pour une banque plus innovante (60%) et plus réactive (54%).

Pour 77% d’entre eux, ces nouveaux acteurs représentent l’opportunité de payer moins de frais bancaires. Pourtant, 59% ne souhaitent pas ouvrir de compte dans une néo-banque car cela leur fait peur et seuls 22% des Français interrogés seraient prêts à souscrire une offre 100% mobile.

Pour 71% des personnes interrogées, les nouvelles banques sont une opportunité de faire pression sur leur banque actuelle pour disposer de meilleures conditions bancaires (82 % chez les 25 – 34 ans). Ces nouvelles possibilités offertes par les néo-banques font écho aux reproches qu’adressent les Français interviewés aux banques traditionnelles : 85% des personnes jugent que leurs frais bancaires sont trop élevés (dont 47% de tout à fait d’accord). Les personnes issues des catégories populaires, souffrant de frais bancaires trop élevés dans les banques traditionnelles (91% contre 84% des personnes issues des catégories socioprofessionnelles aisées), considèrent encore plus les néo-banques comme une opportunité de payer moins de frais bancaires (79% contre 74%).

Pour les jeunes âgés de moins de 35 ans et les possesseurs de smartphones, l’arrivée des néo-banques représente encore plus l’opportunité de changer de banque pour une banque plus innovante (respectivement 69% et 62%) et plus réactive (64% et 58%). Pourtant, à peine 22% des Français interrogés seraient prêts à souscrire à une offre bancaire 100% mobile. Dans le détail, 18% opteraient pour un compte dans une néo-banque en complément de leur compte classique tandis que seuls 4% placeraient toute leur épargne dans une banque 100% mobile.

Les plus réticents sont les 65 ans et plus: 87% d’entre eux ne souhaitent pas être clients d’une banque 100% mobile. Ces réticences à ouvrir un compte dans une néo-banque s’expliquent également par le fait que le grand public, bien que critique vis-à-vis des banques traditionnelles, estime qu’elles parviennent à répondre à ses besoins bancaires (71%).

Selon Hans Hagen, Responsable des partenariats chez Ferratum, le marché français présente de véritables paradoxes pour l’instant mais évoluera fortement d’ici peu : « D’un côté les Français reprochent de nombreux maux à leurs banques traditionnelles, de l’autre ils ne sont pas prêts à faire confiance à de nouvelles banques qui répondent entièrement à leurs besoins et leur apportent même plus. Il est clair que les Français ne tourneront pas le dos tout de suite à leurs banques traditionnelles : ils attendront de voir comment elles évolueront au sein de ce marché bouleversé par les jeunes générations nées avec un smartphone et l’ubérisation du système bancaire. Notre expertise sur d’autres marchés européens nous permet de penser que le marché français en est à ses prémices et nous réserve de belles opportunités ».

 

F380_10_Apps_That_Will

 

A voir

Ecrans et redevance, au top des explications oiseuses…

L'application du prélèvement pour l'audiovisuel public préfigure une pure et simple fiscalisation de ce prélèvement. Arpagon, Macron, même combat...?