Accueil / Actualité / Batteries : le secteur est en pleine effervescence. Le Lithium-Ion classique sur le grill…!

Batteries : le secteur est en pleine effervescence. Le Lithium-Ion classique sur le grill…!

L’avenir des accumulateurs relevant de la technique Li-Ion classique se brouille. De tous côtés, des études sont menées au pas de gymnastique, et risquent de rapidement tout bouleverser pour l’industrie comme pour les utilisateurs.

 DVSM, 1er décembre 2021. Pour être utilisée sans trop de contraintes dans l’automobile (notamment), l’électricité impose de relever deux défis, le chapitre stockage – charge, et la production. Dans ces deux domaines, plus le temps passe, plus le flou s’intensifie, sous la multiplicité des recherches et des développements en cours. Côté stockage, les annonces de partenariats, de nouvelles pistes et de probables stratégies industrielles de rupture se multiplient. Il serait donc étonnant que dans un délai relativement court, des transitions d’ampleur soient observées. En clair, c’est bien de l’adoption de nouvelles familles de batteries qu’il est question. Ce qui est indispensable. D’autant plus que les regards sur les communications deviennent plus attentifs. Une belle automobile allemande toute électrique fait l’objet d’une campagne de communication audiovisuelle et dans la presse, où s’observent des détails capables d’attirer les attentions.

Selon les protocoles normalisés de mesures des autonomies, voici non plus le trop rituel, simple et prometteur « jusqu’à… » mais une honnête évaluation de l’autonomie réelle. Deux fourchettes sont indiquées (petites lignes du bas), d’un minimum à un maximum. L’une annonce un minimum de l’ordre de 360 km, l’autre évoque un peu plus de 600 km, voire 720 km… en ville. L’apparition d’un minimum ne peut qu’inciter tout utilisateur à ne miser que sur un juste milieu, 450, 500 km… Adieu, dans les meilleures conditions, les trajets d’une traite du calibre Paris-Nice, Lille-Nantes. Et par temps froid (chauffage) et pluvieux (essuie-glaces) et de nuit (phares), un billet TGV ou une place sur Easyjet viennent à l’esprit. Ce genre de « performances » est totalement incompatible avec l’idée que l’on se fait de l’automobile et les constructeurs en ont bien conscience. Alors, on cherche, on expérimente, on teste…

En embuscade derrière cette effervescence technique qui à coup sûr permettra aux véhicules de s’affranchir de ces limites, survient une série de questions. Que deviendront les autos alimentées avec des éléments d’ancienne génération…? Auront-elles une valeur correcte à la revente, et même des acheteurs potentiels…? Les bornes de recharge seront-elles compatibles avec les vieilles et les nouvelles dotations…? Ceci sans même aller jusqu’à évoquer les craintes hautement formulées par les groupes industriels déjà engagés à haute dose sur le Li-Ion classique…? En outre, des préoccupations surgissent actuellement à propos de l’utilisation choisie des batteries par les constructeurs, qui en limiteraient les performances optimales pour en prolonger la durée de vie. Des questions qui, pour d’autres intervenants de ce même domaine, ne sont plus d’actualité, l’avenir étant selon eux à l’hydrogène…!

Source DVSM

A voir

Quand la vidéo conférence passe à la porte. Le vitrier sidéré…!

Fatigué de ces visions sur petits écrans étriqués de smartphone ? La Vitre apporte une évolution de taille.