Accueil / Actualité / Le Cloud français émet dix propositions

Le Cloud français émet dix propositions

EuroCloud France , qui représente quelques 200 entreprises du cloud, a remis hier soir, une feuille de route opérationnelle au gouvernement.

Les professionnels veulent faire de la France la première « nation cloud ». Ils soulignent à quel point l’informatique en nuage se présente comme un vecteur de croissance, un préalable à toute stratégie numérique.« Faire de la France la première véritable #NationCloud c’est possible. Pour cela il faut agir maintenant, avance Alban Schmutz, président de la Commission Affaires Publiques d’EuroCloud et Vice-Président d’OVH en charge du développement et des affaires publiques. Il faut agir principalement sur 3 leviers : la parole publique au plus haut niveau de l’État pour engager la stratégie de l’État sur une priorité cloud, faire de la France le porte-drapeau international de la transition écologique de l’informatique, et la création d’un cadre européen de confiance (sécurité, protection des données et transparence). »

Le fondateur de BlaBlaCar, Frédéric Mazzella ajoute : « avec le cloud, nous pouvons nous concentrer pleinement sur notre coeur de métier et le service que nous proposons à nos utilisateurs, sans subir de limitations technologiques liées à l’infrastructure. La croissance d’usage est donc notre première priorité. »Et  David Larose, CDO de la Ville de Drancy conclut: « le Cloud permet aux collectivités de toutes tailles de se transformer pour faire face aux nouveaux défis sociologiques, économiques et écologiques. C’est un outil puissant pour améliorer le service rendu à la population en étant plus réactif, plus sûr et à des coûts toujours plus maitrisés. »

Le document complet présentant les 10 préconisations est disponible en téléchargement sur http://www.eurocloud.fr/faire-de-france-premiere-nationcloud-10-propositions-gouvernement/

 

EUROCLO

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A voir

Redevance et AV public : quand tout pourrait changer, mais que de fait, rien ne changera…

La suppression désormais hautement probable de la redevance, un vrai soulagement pour bien des économies de ménages, ne change en rien pour le fond, puisque c'est toujours le contribuable qui finance.