Accueil / Actualité / Les leaders mondiaux accroissent leur domination…

Les leaders mondiaux accroissent leur domination…

La progression des trois principaux animateurs du marché des smartphones tirent la couverture à eux, sur fond d’âpre bataille plus divergente qu’on le décrit souvent.

DVSM, février 2019. Pas facile, dans un marché qui ne progresse plus, de croiser le fer avec les acteurs les plus puissants. C’est un phénomène assez classique dans l’industrie. Il tend en général à donner l’avantage aux mieux classés dans la hiérarchie, au détriment de ceux qui deviennent doucement des « seconds couteaux ». Dans le créneau qui nous intéresse, ces trois entreprises sont Samsung, n°1, Apple, sur la seconde marche du podium, et Huawei, numéro 3. Ensemble, ils se sont octroyé 45,4% de parts de marché en unités vendues.

Samsung est en tête avec près de 300 millions d’unités vendues (295,043…), en repli par rapport aux 321 millions de pièces que la firme coréenne avait diffusés en 2017. Un repli qui se retrouve dans ses parts de marché, qui s’érodent de presque 21 à 19%. Habitué à « sucer la roue » d’Apple en style et en prix depuis des années, l’entreprise n’a cependant pas l’atout de sa consœur californienne, à savoir un écosystème fédérant une large part de ses activités. En revanche, en appuyant Android, elle a largement contribué à installer l’OS de Google (et Alphabet) en tant que quasi standard mondial. De quoi donner aux concurrents les plus agressifs en prix de quoi s’ébrouer sur fond de crédibilité absolue.

Apple, tout en étant numéro 2, ne joue pas dans la même catégorie. Fort de son OS bien à lui, il jongle entre avant-garde technologique et univers de softs, de services et de contenus qui se propagent sur ses ordinateurs, ses tablettes et ses iPhone. Le modèle économique est aussi captif que séduisant pour les clients utilisateurs qui, une fois « embarqués » dans la marque et son système, ne peuvent que difficilement revenir dans ce « droit commun » (d’autres diraient « tout venant ») que représente Android, abandonnant de ce fait la plus grande facilité d’utilisation, non contestable, qu’apporte un environnement unique entre maillons. Ce modèle économique reste efficace. Si Apple n’a vendu que 209 millions d’iPhone en 2018, contre 214,9 il y a un an, il n’abandonne que des miettes en parts de marché, passant de 14 à 13,4%.

Huawei est le troisième larron, celui que l’on attendait peut-être pas en si bonne posture. Ce groupe chinois (dont DVSM avait depuis des années indiqué qu’un jour, il deviendrait un intervenant de premier plan dans les télécoms mondiales) cravache dur pour grimper dans le hit-parade. Avec de la technologie et des prix, il a grillé la politesse à d’autres firmes célèbres, retombées dans le groupe des « autres ». Sa progression est spectaculaire, passant de 9,8% des parts de marché en 2017 (150 millions de smartphones vendus) à 13% en 2018, frôlant de quelques unités seulement les 203 millions d’unités parties vers le vaste monde.

L’un de ses atouts est de s’inscrire aussi au nombre des quelques géants faisant la pluie et le beau temps dans le domaine des réseaux pour les opérateurs. Un atout qui, on n’a rien sans rien, est aussi un handicap, car cette activité touche à une facette hautement  « chatouilleuse » des Etats, d’autant que le pouvoir chinois, très proche de la firme, est suspecté de vouloir profiter de l’aubaine pour installer des réseaux quelque peu renifleurs là où l’on peut regarder ce qui ne les regarde pas. Seuls, quelques ermites ont échappé aux innombrables évocations médiatiques à propos de ce sujet sensible, notamment avec les USA.

Globalement, le marché reste important, avec au niveau mondial, selon la société d’analyse Gartner, 1,555 milliards de smartphones vendus à travers le monde en 2018, marché qui maintenant attend avec impatience que vienne la 5G, relais de croissance dont on espère qu’il apportera de l’eau au moulin d’un univers industriel qui fait du sur place.

– Chiffres, Gartner.

 

A voir

Huawei : rude la paix, passage obligé pour une sereine conquête…

Étonnant…! On s'étonne à qui mieux mieux, de gazettes en éditos, à propos d'un plongeon probable du géant chinois....