Accueil / Actualité / Smart Home – efficacité énergétique et confort grâce aux solutions radio

Smart Home – efficacité énergétique et confort grâce aux solutions radio

La maison intelligente  ou Smart Home – est désormais plus qu’un simple mot à la mode. Les nouvelles technologies digitales dans la maison rendent la vie quotidienne plus sûre, plus confortable et plus économe en énergie. Cependant, nombreux sont ceux qui pensent encore que la maison intelligente est un système complexe à apprivoiser dans lequel tout – des lumières au chauffage en passant par la télévision – doit être contrôlé à partir d’un ordinateur ou d’un smartphone. Cette complexité dissuade encore de nombreux propriétaires de s’orienter vers la maison intelligente. Mais intelligence ne veut pas forcément dire complexité. Des fonctions très simples à mettre en œuvre et à gérer peuvent déjà apporter des avantages immédiats et tangibles.

En fait, lorsqu’on leur parle de maison intelligente, la plupart des gens veulent d’abord des fonctions basiques, simples à installer, qui facilitent leur vie quotidienne. Grâce aux technologies radio, il est possible d’installer ces équipements de base sans câblage coûteux, et d’en ajouter de nouveaux à tout moment en fonction des besoins sans bouleverser l’existant.

De quelle intelligence ai-je vraiment besoin ?

Le but d’une maison intelligente n’est pas d’impressionner votre voisin avec les dernières innovations techniques : machines à café parlantes, éclairage évolutif, ambiance musicale dépendant de l’heure de la journée, etc. Les fonctions automatisées doivent avant tout faciliter la vie quotidienne et contribuer au confort de vie de chacun. Par conséquent, avant d’opter pour une maison intelligente, il convient de se poser quelques questions de base : de quels automatismes ou de quelle intelligence ai-je vraiment besoin et dans quelle pièce ? Quelles informations dois-je pouvoir consulter sur mon smartphone ? Ai-je de nouveaux besoins de sécurité ? Est-il important pour moi d’économiser de l’énergie ?

Interrupteur plutôt qu’écran tactile

Il apparaît rapidement à la plupart des utilisateurs que les fonctions simples figurent en tête de la liste des souhaits pour une maison intelligente. C’est ce que montrent également plusieurs études menées à ce sujet. Le bon vieil interrupteur, qui permet d’allumer et d’éteindre tout de manière centralisée et de commander aussi bien les lumières que les stores, arrive loin devant l’écran tactile ou un système de commande basé sur un PC/smartphone.

En fait, pour entrer dans l’ère de la domotique, avec plusieurs équipements connectés en réseau, il suffit d’un simple « interrupteur central ON/OFF », par exemple pour la commande centrale de l’ouverture et de la fermeture des stores. Le centre de contrôle ou le smartphone est une extension facultative, et en aucun cas indispensable pour bénéficier des fonctions de base d’une maison intelligente.

L’avantage des transmissions radio

Pour ces interrupteurs, recourir aux ondes radio s’avère la méthode de transmission la plus simple, car elle évite tout câblage électrique. Les interrupteurs peuvent alors être utilisés comme une simple télécommande, par exemple à portée de main sur la table du salon ou la table de chevet.

S’affranchir des piles

Reste à résoudre le problème de l’alimentation en énergie, qui reste nécessaire pour toute transmission radio. Des technologies existent pour y remédier, la plus pratique étant celle d’EnOcean. Les capteurs et interrupteurs basés sur la technologie sans fil EnOcean fonctionnent non seulement sans fil, mais aussi sans pile. Au lieu de cela, ils utilisent des sources d’énergie qui sont omniprésentes dans la maison. Il s’agit notamment des mouvements, de la lumière ou des différences de température. En appuyant sur un interrupteur, par exemple, l’utilisateur génère l’énergie nécessaire pour envoyer un signal radio à un récepteur tel qu’une lampe ou un store. Le module radio EnOcean intégré dans l’interrupteur envoie de très courts messages radio chaque fois qu’il est enfoncé ou relâché. Il permet ainsi d’allumer/éteindre la lumière, de faire varier l’intensité des lampes ou de faire monter/descendre les stores. Comme il n’est pas nécessaire de changer de pile, l’interrupteur fonctionne sans entretien.

Optimisé pour l’échange de données

Contrairement à d’autres technologies radio telles que le WiFi, les modules radio sans pile ne transmettent qu’une très petite quantité de données telles qu’une mesure de température, des messages de statut et des commandes de contrôle. Par conséquent, leurs émissions haute fréquence sont 100 fois plus faibles que ceux des solutions filaires classiques. En outre, les modules ne transmettent que pendant quelques millisecondes à la fois et uniquement en cas de besoin.

Un système qui s’adapte à l’évolution des besoins

Grâce à cette technologie radio, nul besoin de planifier la mise en œuvre de fonctions intelligentes dès la phase de conception d’une maison ou d’un appartement. Ces fonctions peuvent être installées progressivement en fonction de l’évolution des besoins.  Le système s’adapte aux occupants et non l’inverse, sans que l’utilisateur n’ait à gérer une technologie complexe. Grâce à cette approche, les utilisateurs peuvent installer dans leur maison le niveau d’intelligence qu’ils souhaitent en fonction de leurs besoins. Après tout, une maison intelligente qui augmente le confort de vie aujourd’hui peut plus tard être une aide importante pour ses occupants lorsqu’ils deviendront plus âgés, leur permettant de vivre plus longtemps dans leur propre maison de façon indépendante.

En France, Leroy Merlin avec son offre Smart Home ENKI, Bouygues Immobilier avec son programme de logements connectés Flexom ou encore des bailleurs sociaux comme Immobilière 3F, Angers Loire Habitat, Habitat 76 ou Les Résidences ont tous compris l’intérêt de la technologie sans fil et sans pile EnOcean et en sont les promoteurs depuis déjà plusieurs années avec plusieurs dizaines de milliers de logements équipés.

Emmanuel FRANCOIS,  Sales Manager West Europe, EnOcean GmbH

 

 

A voir

Peut-on prévenir les risques d’accès illicites avant qu’ils ne se produisent ?

Prévenir les risques d'accès, c'est comme construire les défenses d'un château.