Accueil / Actualité / Xiaomi veut jouer avec les plus grands

Xiaomi veut jouer avec les plus grands

La plupart des constructeurs de smartphones (essentiellement chinois) sont en fait des assembleurs qui sélectionnent leurs composants à droite et à gauche, avant de confier le montage à d’autres sous-traitants, Foxconn en tête. Pour l’instant, seuls Samsung et Apple conçoivent les processeurs de leurs smartphones. Huawei depuis l’an dernier leur a emboité le pas, mais à un degré moindre, avec des performances médiocres. Aujourd’hui, une autre marque chinoise, Xiaomi a décidé de concevoir ses propres processeurs et cesser de recourir à l’américain Qualcomm et au taiwanais MediaTek. La présentation de cette puce, baptisée Surge S1, a été faite à Pékin (pendant le MWC de Barcelone) par Lei Jun, le directeur général et co-fondateur du constructeur.

Pour Xiaomi l’affaire est juste cruciale. L’ex ‘’Apple chinois’’ se fait tailler des croupières par des marques littéralement issues du néant comme Oppo et Vivo, qui reprennent en mieux les recettes développées par Xiaomi : produire des smartphones, richement dotés et bien designés, vendus au plus juste prix.  La capacité à produire un composant aussi essentiel qu’un processeur permet d’une part de maitriser ses couts et de l’autre de concevoir au mieux ses terminaux. Par ailleurs, en produisant ses propres composants, Xiaomi tente d’échapper aux accusations de plagiats dont il est l’objet. Ericsson a déjà entamé des procédures judiciaires contre le chinois.  Le processeur Surge S1 est le fruit de développement entamé en 2014. Xiaomi a investi dans l’affaire un milliard de yuans soit 137 millions d’euros. Xiaomi a également reçu une aide considérable de l’état chinois, même si selon Lei Jun, le gouvernement « n’a pas donné beaucoup d’argent, mais son plein enthousiasme. »

La Chine veut réduire sa dépendance à l’égard des fondeurs étrangers, américains notamment et investi lourdement dans ce type de technologies. L’entreprise étatique Tsinghua Unigroup vient ainsi d’investir 30 milliards de dollars dans une usine géante de puces mémoires. L’an dernier Tsinghua avait déjà procédé l’an dernier à un autre investissement comparable de 24 milliards de dollars. Les entreprises chinoises procèdent également à des recrutements nombreux d’experts étrangers.

 

xia-2

 

 

Enregistrer

A voir

asa-1-

Asus fait affaire avec Transatel

L’opérateur alternatif français a convaincu le constructeur Asus d’embarquer une carte LTE...